Zone Proto

Chaque mois, La Récréation accueille La Récréation des Concepteurs, un événement qui permet aux auteurs d’ici de se rencontrer et de faire tester leurs prototypes. Cet événement est organisé par Zone Proto, un organisme très impliqué dans la création ludique au Québec. Nous avons eu la chance de nous entretenir avec Jean-François Chrétien, passionné de jeu et auteur lui-même (il a remporté le Plateau d’Or avec son jeu Élites en 2016 !). Il nous parle de Zone Proto, dont il est l’un des membres fondateurs, et de ce qu’on doit attendre lorsqu’on entreprend la grande aventure de la conception de jeu !

 

LA RÉCRÉATION

Allo Jean-François, tu as l’air pas mal dans le jus en ce moment !

JEAN-FRANÇOIS

Effectivement ! Le Salon du jeu de Montréal s’en vient, c’est un gros événement ! On y est pour la deuxième année. On aura une dizaine de tables où les auteurs pourront faire tester leurs jeux au public. On aura aussi 2 conférences animées par des personnalités du monde du jeu. Ça s’annonce comme un beau rendez-vous.

 

LA RÉCRÉATION

On a aussi vu Zone Proto à d’autres événements, cette année.

JEAN-FRANÇOIS

Oui ! On était présents durant l’événement Jeux de Société de Montréal, cet hiver, dans le cadre du festival  Montréal Joue ! On avait plusieurs tables pour présenter des prototypes. On a également chapeauté le concours Proto Lab durant le Mondial des Jeux, en juillet. Avec le Salon du jeu, ce sont les 3 événements majeurs de l’année pour Zone Proto.

 

LA RÉCRÉATION

Peux-tu nous parler de la naissance de Zone Proto ?

JEAN-FRANÇOIS

Au départ il y avait un groupe de passionnés qui se retrouvait au Randolph les 1ers dimanches du mois, ça date de 4 ans. Au bout d’un moment on a voulu créer une véritable entité indépendante pour fédérer la communauté des concepteurs de jeux. C’est mon ami Joël qui a eu l’idée, le reste est venu assez naturellement. On a donc créé Zone Proto il y a un an.

 

LA RÉCRÉATION

Vos activités les plus régulières sont les rencontres entre auteurs, le 1er dimanche du mois au Randolph et La Récréation des Concepteurs, le 3ème samedi de chaque mois. Comment ça se passe, y a-t-il pour les nouveaux auteurs un système « d’inscription » ?

JEAN-FRANÇOIS

Ces deux rendez-vous sont gratuits et sans inscription. Les auteurs peuvent simplement venir avec leur prototype de jeu pour le faire tester. La seule restriction est de tester au moins un jeu d’un autre auteur. Bien sûr, les événements sont aussi ouverts aux joueurs qui ne sont pas concepteurs mais qui sont intéressés à essayer des prototypes. Ce sont vraiment des événements qui ont pour but l’échange, pour permettre aux concepteurs de s’améliorer.

 

LA RÉCRÉATION

Peux-tu nous donner plus de détails sur le déroulement de ces événements ?

JEAN-FRANÇOIS

On accorde environ une heure par prototype. Si le prototype est « gros jeu » supposé durer plus longtemps, il est probable qu’on ne finisse pas la partie. Mais parfois, on finit la partie avant car le jeu n’est pas jouable en l’état ! Lorsqu’un jeu est testé la première fois, on se rend compte qu’il y a un écart considérable entre le jeu tel qu’on l’imagine et ce qui se passe réellement durant une partie. Donc, après les parties, les joueurs donnent des commentaires, et c’est ça le plus important. Le but est de donner des commentaires constructifs, argumentés, voire même donner des suggestions. C’est important que les auteurs prennent des notes, qui leur permettront de prendre des décisions sur la manière d’améliorer leur jeu.

 

LA RÉCRÉATION

Est-ce que tous les styles de jeux sont représentés ?

JEAN-FRANÇOIS

Beaucoup d’auteurs sont des joueurs chevronnés, donc je te dirais qu’on a beaucoup de jeux de stratégie. Mais il y a vraiment de tout, du jeu de party au jeu de stratégie expert. Bien sûr, chacun a ses préférences de joueur. Mais les  auteurs tâchent de rester objectifs et de donner le type de commentaires qu’ils aimeraient recevoir.

 

LA RÉCRÉATION

Ça ne doit pas être évident d’analyser un jeu. En particulier, comment juger si un jeu est bon ? Ou s’il est « le fun » à jouer ?

JEAN-FRANÇOIS

Je dirais qu’avant tout, ce sont les mécaniques qui sont importantes. Si les mécaniques sont solides, le jeu sera bon. La thématique et autres éléments le fun peuvent se greffer après. En plus, on teste avec des prototypes qui ne sont pas définitifs, donc on n’a pas non plus le fun apporté par le matériel. En tout cas, si un jeu a de bonnes mécaniques, mais que le fun n’est pas là, alors on travaille là-dessus, mais dans un deuxième temps. C’est dans ce temps-là que la vision de l’auteur est importante : qu’est-ce qu’il veut transmettre comme feeling avec son jeu ?

En plus, ce sont les mécaniques qu’un éditeur regarde dans un projet. Les mécaniques doivent être super efficaces, adaptées au jeu moderne, et apporter quelque chose en plus.

 

LA RÉCRÉATION

D’après toi, quelle sont les qualités nécessaires pour être un bon concepteur de jeu ?

JEAN-FRANÇOIS

Il faut avoir le goût du travail, être prêt à passer beaucoup de temps sur un jeu. Surtout, surtout, la principale qualité est de savoir accepter la critique. C’est sûr que pour un concepteur, son jeu, c’est son bébé, il a envie de le protéger. Mais il faut vraiment être capable d’écouter, de prendre des notes, d’aller dans d’autres directions si c’est nécessaire.

Certes, en tant que concepteur, il faut aussi être créatif, mais c’est une créativité, disons, pragmatique. Tout doit être justifiable dans la création, il ne faut pas ajouter quelque chose au hasard.

Aussi, le concepteur doit « connaître son art ». Il faut vraiment avoir conscience de l’état du jeu actuel : ce qui s’est fait avant, ce qui se fait actuellement et vers quoi on s’en va. Le concepteur doit pouvoir proposer un jeu qui prend en compte cela et qui propose une façon d’aller plus loin dans l’expérience ludique.

 

LA RÉCRÉATION

On pense à l’aspect « amusant » de la création de jeu, mais d’après ce que tu dis, c’est tout de même très exigeant. Est-ce qu’il y a beaucoup de créateurs abandonnent ou est-ce que c’est une communauté qui grandit malgré tout ?

JEAN-FRANÇOIS

Les auteurs sont tous très différents dans leur approche des tests. Certains sont là pour concrétiser un jeu et un seul, et ils partent dès que leur jeu est achevé. Certains, effectivement, abandonnent devant l’ampleur de la tâche. Et puis, on ne peut pas vivre de la conception de jeu, c’est un hobby. Certains y consacrent du temps, puis on ne les voit plus pendant un moment, puis ils reviennent quand ils ont plus de temps.

Il y a un « noyau dur » de concepteurs qui reste. Mais ce n’est absolument pas un groupe fermé. Au contraire, on est très ouverts aux nouveaux auteurs. Et d’ailleurs, on constate que le « noyau » augmente !

Au final, on remarque que ceux qui finissent par être édités sont ceux qui sont là depuis longtemps et qui n’ont pas hésité à essayer plusieurs projets différents.

 

LA RÉCRÉATION

Tu dirais qu’un jeu devient « jouable » en moyenne en combien de temps ?

 JEAN-FRANÇOIS

On peut dire un ou deux ans, en moyenne. Mais ça dépend aussi beaucoup de son créateur, de son investissement de temps. Certains concepteurs ne testent pas trop leurs jeux… mais c’est nécessaire ! Je dirais qu’il faut une centaine de tests pour qu’un jeu soit prêt. Au bout d’un temps, soit le jeu est prêt à être présenté à un éditeur, soit, si on voit que vraiment le jeu de fonctionne pas, il faut savoir tourner la page et passer à autre chose. C’est une décision difficile mais tous les concepteurs le savent : ce ne sont pas toutes les idées qui vont devenir des jeux. Abandonner un prototype qu’on ne parvient pas à rendre jouable, c’est aussi pouvoir libérer du temps pour une nouvelle idée, et se donner un nouveau départ.

 

LA RÉCRÉATION

Quand un jeu arrive à maturité, est-ce que vous aidez les auteurs à l’éditer ?

JEAN-FRANÇOIS

Notre but est vraiment d’aider les concepteurs à s’améliorer et à leur donner des outils pour concrétiser leurs idées. C’est aussi un bon moyen de se rapprocher du milieu du jeu et de connaître ses « codes ». Après ça, l’auteur est libre de contacter les éditeurs. C’est une démarche difficile, on ne va pas se le cacher ! Beaucoup d’auteurs québécois doivent se faire éditer à l’étranger. Ça a été le cas, par exemple, pour le gagnant de notre Proto Lab, qui a trouvé un éditeur en Belgique.

 

LA RÉCRÉATION

Est-ce que, chez Zone Proto, vous avez pensé à devenir éditeurs ?

JEAN-FRANÇOIS

Ce n’est pas l’objectif. Une maison d’édition, c’est une autre vision, d’autres contraintes à envisager. Par contre, se placer dans un rôle d’agent de concepteurs, ou bien encore de coach pour éditeurs, sont des avenues que nous envisageons. Il y a des choses qui se préparent, je ne peux pas trop en parler pour le moment, mais ça correspond à notre mission : aider la création ludique au Québec !

 

LA RÉCRÉATION

Merci Jean-François ! On souhaite un bel avenir à Zone Proto !

 

Prochaine Récréation des Concepteurs : Samedi 18 novembre à La Récréation.

Pour en savoir plus, rendez-vous sur la page Facebook de Zone Proto.

 

 

 

 

2018-10-09T15:30:30+00:002 Comments

2 Comments

  1. Fictifs 10 novembre 2017 at 20 h 19 min - Reply

    J’ai bien aimé tester mon prototype NUIT HANTÉE à la Récréation. C’était comme chez moi avec mes copains. En plus, me faire servir une bonne soupe à la citrouille. J’espère pouvoir y retourner et que Zone Proto puisse continuer a organisé de tel rencontre.

    • LaRecre 14 novembre 2017 at 16 h 06 min - Reply

      Cool! On espère te revoir bientôt! 🙂
      La Récré

Leave A Comment